Communauté de communes Val’Eyrieux


Le Salon d'automne

Avec la fin de la saison estivale arrive le temps du Salon d’automne. Un bel évènement artistique, qui nous régale les yeux, ouvert à tous, artistes reconnus ou inconnus, expérimentés ou simple passionnés.

 

Le principe ? Chaque année Guy Chambon, initiateur de cette manifestation et artiste peintre du territoire, propose une thématique. Chacun est libre de s’inscrire et de participer en proposant une œuvre artistique, qui sera exposée parmi les autres à la Salle de La Chapelle au Cheylard, pendant un peu plus de deux semaines.

 

Le thème retenu pour cette nouvelle édition est : "Cent titres..."

 Avec le livre de Nelly Maurel

 « Les œuvres complètent. »

 Et Déborah Chock « le carnaval des mots. »

 

Cent titres…

 

Accord. A corps parfait.

Réfléchir, c’est ça voir.

Les dernières marchent.

Les dents creusent.

L’effet, les faits.

Les fées de nos rêves.

Les nouvelles pratiquent.

Les belles plantent.

Les jeux – Thèmes complexes

Les jeux t’aiment.

Les paroles sèchent.

Les fines bouchent.

Croire en la Magie Sienne.

Le Mur Mur des rêves.

Les marines marchandent.

Les sucres glacent.

Les fausses donnent.

L’Amor dans l’âme.

D’Rôles de rêves.

Les petites minent.

Les premières prisent.

Les mauvaises pistent.

Ad Mort’Aime.

Les grandes causent.

Les bonnes piochent.

Quand le fils est Pair du Père.

Les rondes bossent.

Les traits continuent.

Les surfaces planent.

Le ParaDit des rêves.

Les masses informent.

Les pointes sèchent.

Je te fée prince.

Les petites touchent.

Les portes minent.

Aimer toujours. Aimer par foi.

Les idées fixent.

Les personnes célèbrent.

Les œuvres complètent.

Les peintures marinent.

 

Carnets, Car né d’écriture.

Carnets, Car né d’amour.

Carnets, Car né de voyages.

Les tables rasent.

Les paroles diffusent.

Les papiers machinent.

Cet Homme r’Eve.

Comment écrire ce Maux ?

Les points critiquent.

Les ensembles vident.

Les impressions faussent.

Je fée ta vie.

D’où Sœurs ? Douceur à venir.

Les matières grisent.

Les mauvais élèvent.

Dans les bras de Mort fée.

Les Délits cieux ravages.

Les sales gueulent.

Les libres arbitrent.

Être, même à l’imparfait.

L’imparfait antérieur.

Les vies activent.

Les eaux troublent.

Défendre le bois.

Définir sa soupe.

Déménager la chèvre et le chou.

Écrire Mot à maux.

En corps des mots.

Le point de côté essouffle la couturière.

Les étoiles filantes détériorent les bas-nylon.

Le court-circuit amuse les randonneurs.

Êtres, dans le vent.

Les mauvaises pensées ruinent les fleuristes.

L’exploitation agricole révolte le paysan.

La facture du tableau est impayable.

Mur Mur d’amour.

Nos corps Mis à Mots.

Nos mères veillent.

Le feu aux poudres diabolise la maquilleuse.

Jeu, quel Je ?

Ma nuit pasSage.

Dépasser l’arme à gauche.

 

Les Autres Emoi.

Je crois en Toi, Je crois en Moi.

Ton corps m’est Cœur.

Défiler en douce.

Déprimer à Cannes.

La femme et Dieu le veulent.

Sèment-ils ?

Les descentes de lit achèvent les matelas.

Les services secrets avantagent les tennismen.

Toi émoi.

Un cœur sans cible.

Les bateaux mouchent.

Les poissons scient.

Les bouches trouent.

Tand’Aime.

Une vie hors père.

D’où tu même ?

Mes rêves rient.

La lumière rasante angoisse les barbus.

Le bouton du volume contrarie l’anorexique.

J’ai su plier mon âme.

Femme et fée mère.

On finira par être EGO.

Les peaux aiment d’amour.

Les pains-surprise succèdent aux coups de boule.

Le parquet flottant fait lever la cour.

Nos deMains se rejoignent.

Les convictions intiment.

Les gardes meublent.

Le cran d’arrêt donne la volonté de rompre.

Le film alimentaire nourrit le cinéaste.

Le trait d’esprit souligne la règle.

Les noms communs se portent en famille.

Les jambes pileuses freinent violemment.

Dépêcher une truite.

Dépenser à toi.

Démonter un cheval.

Les sous tassent.

Les derniers restent.

Leur Nuit s’Ecrit Vie.

Les mots bile de rupture.

Sans titre…


Retour sur.....

L'édition 2016

 

 

Le thème retenu par Guy Chambon était « Elément terre », ou « Elémentaire ». Il l’a choisi suite à la relecture d’un texte de Jean Rostand, biologiste et écrivain français dans « Inquiétudes d’un biologiste » :

 

« […] eh bien quand l’homme aura épuisé le capital nourricier de sa planète, quand il aura pillé tous les magasins nourriciers, quand il se sera rendu son logis inhabitable avec ses ordures radioactives, avec ses pétroles, avec sa chimie, il émigrera sur un autre globe, qu’il mettra à sac et souillera à son tour. »

 

« […] En attendant que ces rêves prennent corps, conduisons-nous en bons « terricoles ». Respectons cette petit boule que nous supporte. »

 

 Comme de coutume, ce thème n’était pas une obligation. Le Salon d’Automne se veut sans contrainte, laissant l'artiste libre de son choix ; toujours avec cette ouverture d’esprit pour permettre de laisser les émotions et les envies guider les mains dans la création artistique.

 

 

Les thèmes des dernières éditions

2016 : Élément terre / Elémentaire

2015 : Dyptique

2014 : L'art se livre / L'art ce livre

2013 : Carte blanche